5cm per second, Makoto Shinkai

5cm per second est une heure ininterrompue de poésie que nous propose le réalisateur Makoto Shinkai, qui nous avait déjà offert le chef-d’oeuvre La tour au delà des nuages, d’ailleurs récompensé en 2005 au Mainichi Film Concours.

La sensation de se sentir transporté dans les marges du temps est exactement à l’image du motif central de cet anime : 5 centimètres par seconde, c’est le temps que mettent les pétales de cerisiers à léviter gracieusement dans une valse hypnotisante avant de joncher le sol. C’est sans doute là la métaphore la plus délicate et la plus poétique du hasard des rencontres, la façon dont deux destins se trouvent liés l’un à l’autre, puis défaits par la distance et les obligatoires bifurcations de parcours de chacun.

C’est d’ailleurs le synopsis très simple de ce court métrage : Akari et Takaki sont liés d’une amitié profonde, mais vont finir par se perdre de vue au gré de leurs déménagements respectifs. Pour que leur relation survive à une correspondance limitée par la distance et le temps, Takaki décide de se lancer en quête d’Akari.

C’est un très bel anime, qui pose avec une extrême justesse la question des effets de l’éloignement sur la relation amoureuse.

Le film est visuellement époustouflant, il regorge d’images à se mettre plein les yeux, et de rêveries plein la tête…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s